Dans quelle mesure une assurance peut-elle refuser d’assurer un conducteur ?

Les automobilistes sont tenus de souscrire à un contrat d’assurance avant de prendre la route. Cependant, les compagnies d’assurances ne sont pas obligées d’accepter leur requête. En effet, le refus d’assurer conducteur peut être justifié par de nombreux motifs.

L’expérience passé du client

Avant qu’une compagnie d’assurance accepte de couvrir un usager, elle commence d’abord par vérifier les antécédents du conducteur. Si ce dernier a commis des fautes graves dans le passé, il aura beaucoup de mal à trouver un assureur qui acceptera de le couvrir. Les automobilistes qui ont déjà été à l’origine d’accidents doivent généralement payer une prime d’assurance très élevée pour que les assureurs acceptent de signer un contrat avec eux.

Avant de pouvoir prendre la route avec sa voiture, l’automobiliste doit impérativement être assuré. En effet, s’il venait à être victime d’un accident, l’assurance prendrait en charge les soins et les réparations. Dans la mesure où c’est l’assuré qui est à l’origine du malus, c’est toujours à son assureur de réparer les dégâts. Pourtant, ce type d’incident pourrait avoir des impacts considérables sur les finances de la compagnie d’assurance. Ainsi, elle préférera refuser d’assurer un conducteur avec des antécédents, plutôt que de prendre un tel risque. En cas d’accident, l’assureur est toujours impliqué. Effectivement, la réparation des dommages revient toujours à la compagnie d’assurance du conducteur fautif. Les charges pourraient même être plus importantes si des biens publics ont été endommagés lors d’un accrochage.

Son assiduité pour les cotisations

Le refus d’assurer conducteur peut également avoir pour origine le non-paiement, ou le retard de paiement, des cotisations de prime d’assurance. Généralement, les compagnies d’assurances tolèrent les quelques oublis, mais lorsqu’ils deviennent trop fréquents, l’assureur peut unilatéralement décider de résilier le contrat.

La rémunération de la compagnie d’assurance est en partie prélevée sur la cotisation. Mais celle-ci servira surtout à couvrir l’assuré en cas de malus. Si l’assureur accepte de couvrir un usager alors que celui-ci ne s’acquitte pas de ses cotisations, la compagnie d’assurance pourrait connaître d’énormes pertes.

Les clients qui représentent un risque

Les automobilistes qui adoptent des comportements dangereux sur la route peuvent, eux aussi, faire l’objet d’un refus de la part des assureurs. Ce genre d’individu est susceptible de provoquer un accident à tout moment. Ainsi, il ne représente pas le type de client le plus recherché par les compagnies d’assurance.

Pour éviter d’avoir affaire à des clients à risques, l’assureur vérifie toujours l’historique du conducteur. Si celui-ci perd régulièrement des points sur son permis de conduire, les compagnies d’assurance refuseront sûrement de se porter garant.

Comment bien assurer sa voiture neuve ?
Pourquoi les assurances auto sont elles plus chères pour les jeunes conducteurs ?